Violences psychologiques et droit de la famille

Lorsqu’un conjoint et/ou parents se trouvent dans une situation familiale où sont exercées à son encontre et/ou à l’encontre des enfants, des violences psychologiques (violences langagières et comportements) sans violences physiques, la procédure de séparation doit être abordée avec des précautions très particulières, du fait des difficultés probatoires inhérentes à ces situations et des caractéristiques de la personnalité du conjoint auteur des violences.

Retour sur les notions : la perversion narcissique.

Le terme de “perversion narcissique” a été utilisé la première fois en 1986, par le psychanalyste français Paul-Claude Racamier qui définissait cette pathologie comme “la propension active du sujet à nourrir son propre narcissisme aux dépens de celui d’autrui”. D’autres auteurs ont depuis repris ce terme pour décrire une psychopathologie reposant sur la manipulation mentale, et permettant à un individu d’exercer une emprise sur un autre.

La notion est explicitée par…

Lire l'article »

L’impossible relation.

La perversion narcissique se caractérise par « l’emprise sur un autre réduit au rôle d’ustensile » (Je Tu(e) il » Michel Cautaerts. Ed de boeck). Tout est dit.

Nous entrons là dans un « domaine de la vie psychique dont l’atmosphère est peu respirable » Hurni et Stoll « La Haine de l’amour La perversion du lien » L’Harmattan.

Le partenaire est en effet, utilisé comme un objet, un réceptacle, aux fins de satisfaire les visées de celui qui contrôle et édicte sa loi. Il n’a donc aucun droit à exister comme être autonome. Il n’est là que pour satisfaire l’autre…

Lire l'article »

Pourquoi sont-ils des adversaires redoutables dans les procédures ?

Dans ce genre de dossiers qui rappelons-le encore une fois sont heureusement peu fréquents mais chaque fois gravissimes, on entend les conjoints victimes utiliser des expressions comme « il est capable de retourner le cerveau de n’importe qui » « il ne cède jamais » « Il est trop fort, il peut entortiller n’importe qui » « Il a une volonté de fer » etc… Toutes réflexions qui pourraient déstabiliser l’avocat lui-même s’il n’en connaissait la cause…

Lire l'article »

Des procédures à risque.

Les outils et processus habituels en matière familiale (enquête sociale, médiation familiale, expertise médicopsychologique de la famille) peuvent aisément se retourner contre les intérêts du conjoint victime.

L’enquête sociale est à proscrire :

En effet l’enquêtrice sociale peu formée risque de se laisser facilement convaincre de l’innocuité du parent pervers qui est très bien armé pour séduire et s’allier l’enquêtrice et au passage, infuser dans son esprit un portrait peu flatteur du parent victime. Pour peu que ce dernier ait la moindre faille, il passera facilement pour le mauvais parent…

Lire l'article »

Pourquoi est-ce si difficile de s’en séparer ?

Parce que lui-même (elle-même) bien que vous ayant méprisé(e), rabaissé(e), insulté(e), humilié(e) ne souhaite absolument pas se séparer de vous, quand bien même l’affirmerait-t-il haut et fort.

Il/elle craint par-dessus tout l’abandon, la solitude, la perte de l’autre, la perte de l’objet.

Il/elle va donc tout faire pour éviter la rupture y inclus, modifier légèrement son comportement pour faire croire qu’une embellie est encore possible et donc l’espoir…

Lire l'article »

Tous les salauds ne sont pas des pervers narcissiques.

Il nous semble essentiel de pointer que ces cas relativement rares sont gravissimes lorsqu’ils se présentent.

La popularisation de la notion essentiellement à partir de l’ouvrage de Marie-France Hirigoyen et son énorme retentissement médiatique a inévitablement contribué à obscurcir la notion et à produire de la confusion.

Or, tous les salauds ne sont pas des pervers narcissiques !
Mais lorsqu’il s’agit bien de cela, il est essentiel que la gravité du dossier…

Lire l'article »

Retour sur les notions : la perversion narcissique.

Le terme de “perversion narcissique” a été utilisé la première fois en 1986, par le psychanalyste français Paul-Claude Racamier qui définissait cette pathologie comme “la propension active du sujet à nourrir son propre narcissisme aux dépens de celui d’autrui”. D’autres auteurs ont depuis repris ce terme pour décrire une psychopathologie reposant sur la manipulation mentale, et permettant à un individu d’exercer une emprise sur un autre.

La notion est explicitée par…

Lire la suite »

L’impossible relation.

La perversion narcissique se caractérise par « l’emprise sur un autre réduit au rôle d’ustensile » (Je Tu(e) il » Michel Cautaerts. Ed de boeck). Tout est dit.

Nous entrons là dans un « domaine de la vie psychique dont l’atmosphère est peu respirable » Hurni et Stoll « La Haine de l’amour La perversion du lien » L’Harmattan.

Le partenaire est en effet, utilisé comme un objet, un réceptacle, aux fins de satisfaire les visées de celui qui contrôle et édicte sa loi. Il n’a donc aucun droit à exister comme être autonome. Il n’est là que pour satisfaire l’autre…

Lire la suite »

Pourquoi sont-ils des adversaires redoutables dans les procédures ?

Dans ce genre de dossiers qui rappelons-le encore une fois sont heureusement peu fréquents mais chaque fois gravissimes, on entend les conjoints victimes utiliser des expressions comme « il est capable de retourner le cerveau de n’importe qui » « il ne cède jamais » « Il est trop fort, il peut entortiller n’importe qui » « Il a une volonté de fer » etc… Toutes réflexions qui pourraient déstabiliser l’avocat lui-même s’il n’en connaissait la cause…

Lire la suite »

Des procédures à risque.

Les outils et processus habituels en matière familiale (enquête sociale, médiation familiale, expertise médicopsychologique de la famille) peuvent aisément se retourner contre les intérêts du conjoint victime.

L’enquête sociale est à proscrire :

En effet l’enquêtrice sociale peu formée risque de se laisser facilement convaincre de l’innocuité du parent pervers qui est très bien armé pour séduire et s’allier l’enquêtrice et au passage, infuser dans son esprit un portrait peu flatteur du parent victime. Pour peu que ce dernier ait la moindre faille, il passera facilement pour le mauvais parent…

Lire la suite »

Pourquoi est-ce si difficile de s’en séparer ?

Parce que lui-même (elle-même) bien que vous ayant méprisé(e), rabaissé(e), insulté(e), humilié(e) ne souhaite absolument pas se séparer de vous, quand bien même l’affirmerait-t-il haut et fort.

Il/elle craint par-dessus tout l’abandon, la solitude, la perte de l’autre, la perte de l’objet.

Il/elle va donc tout faire pour éviter la rupture y inclus, modifier légèrement son comportement pour faire croire qu’une embellie est encore possible et donc l’espoir…

Lire la suite »

Tous les salauds ne sont pas des pervers narcissiques.

Il nous semble essentiel de pointer que ces cas relativement rares sont gravissimes lorsqu’ils se présentent.

La popularisation de la notion essentiellement à partir de l’ouvrage de Marie-France Hirigoyen et son énorme retentissement médiatique a inévitablement contribué à obscurcir la notion et à produire de la confusion.

Or, tous les salauds ne sont pas des pervers narcissiques !
Mais lorsqu’il s’agit bien de cela, il est essentiel que la gravité du dossier…

Lire la suite »