L’impossible relation.

L’impossible relation.

La perversion narcissique se caractérise par « l’emprise sur un autre réduit au rôle d’ustensile (Je Tu(e) il » Michel Cautaerts. Ed de boeck). Tout est dit.

Nous entrons là dans un « domaine de la vie psychique dont l’atmosphère est peu respirable » Hurni et Stoll « La Haine de l’amour La perversion du lien » L’Harmattan.

Le partenaire est en effet, utilisé comme un objet, un réceptacle, aux fins de satisfaire les visées de celui qui contrôle et édicte sa loi. Il n’a donc aucun droit à exister comme être autonome. Il n’est là que pour satisfaire l’autre, que pour souffrir par lui. Ce sera donc toujours « sa faute ».

C’est bien l’identité même du conjoint victime qui est menacée dans ce déni de l’altérité. In fine et dans les cas les plus graves c’est la destruction du conjoint qui est visée, ou des enfants, ou du préposé lorsque le trouble s’exerce dans l’entreprise.

Le pervers narcissique est exclusivement occupé par l’exercice et la mise au point de ses calculs et agissements aux fins de contrôle. Comme aux échecs il aura toujours un coup d’avance puisqu’il passe beaucoup de temps à échafauder des stratagèmes de désunion, assignant à ses proches les places qu’il veut leur attribuer sur l’échiquier de sa pensée calculatrice.

Un jeune garçon dans un de ces dossiers si délicats me disait avec cette acuité si particulière qu’ont parfois les enfants, qu’il sait n’être pour son père qu’un « rouage » une « pièce de jeu ».

C’est exactement cela.

Cet enfant a tout compris, ou plutôt tout senti du phénomène de réification ou chosification caractéristique de ce type de fonctionnement.

En psychologie, la réification consiste à considérer autrui comme un objet afin de l’utiliser pour parvenir à ses fins.   Dans ce processus, l’empathie, la réciprocité sont entièrement abolies.

Ceci est une clé essentielle de compréhension de ce trouble grave de la relation. Or, qui dit relation dit dualité, c’est-à-dire coexistence de deux éléments de nature différente. C’est précisément ce qui semble impossible en l’espèce, faute de place pour l’altérité.

Il n’y a donc d’autre solution que de rompre cette impossible relation.  Lorsqu’il y a des enfants, un lien matrimonial, des biens acquis ensemble, cette séparation devra absolument être bien accompagnée juridiquement avec un conseil averti et expérimenté et psychologiquement aussi, le plus souvent avec l’aide d’un professionnel.


En bref il vous faudra du courage, de la patience, de la détermination et un excellent conseil.

CABINET LADO

AVOCAT

222 Bd Saint-Germain

75007 PARIS

Email : contact@cabinetlado.fr

Téléphone direct :

01 83 62 44 84

Téléphone cabinet :

01 42 60 04 31

Articles similaires :

Pourquoi est-ce si difficile de s’en séparer ?

Parce que lui-même (elle-même) bien que vous ayant méprisé(e), rabaissé(e), insulté(e), humilié(e) ne souhaite absolument pas se séparer de vous, quand bien même l’affirmerait-t-il haut et fort.

Il/elle craint par-dessus tout l’abandon, la solitude, la perte de l’autre, la perte de l’objet.

Il/elle va donc tout faire pour éviter la rupture y inclus, modifier légèrement son comportement pour faire croire qu’une embellie est encore possible et donc l’espoir…

Lire la suite »

Des procédures à risque.

Les outils et processus habituels en matière familiale (enquête sociale, médiation familiale, expertise médicopsychologique de la famille) peuvent aisément se retourner contre les intérêts du conjoint victime.

L’enquête sociale est à proscrire :

En effet l’enquêtrice sociale peu formée risque de se laisser facilement convaincre de l’innocuité du parent pervers qui est très bien armé pour séduire et s’allier l’enquêtrice et au passage, infuser dans son esprit un portrait peu flatteur du parent victime. Pour peu que ce dernier ait la moindre faille, il passera facilement pour le mauvais parent…

Lire la suite »

Pourquoi sont-ils des adversaires redoutables dans les procédures ?

Dans ce genre de dossiers qui rappelons-le encore une fois sont heureusement peu fréquents mais chaque fois gravissimes, on entend les conjoints victimes utiliser des expressions comme « il est capable de retourner le cerveau de n’importe qui » « il ne cède jamais » « Il est trop fort, il peut entortiller n’importe qui » « Il a une volonté de fer » etc… Toutes réflexions qui pourraient déstabiliser l’avocat lui-même s’il n’en connaissait la cause…

Lire la suite »